Chronique de guerre d’un Charr, Journal de Chaar Shess Ney, Partie 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chronique de guerre d’un Charr, Journal de Chaar Shess Ney, Partie 6

Message par Arshess le Mar 11 Mar - 20:40

Grraouuuu ma mémoire,

J’espère que tu ne t’ennuies pas quand je ne suis pas là. En tout cas j’éprouve beaucoup de difficultés pour te tenir au courant de ce qui m’arrive.
Figure toi, j’ai été convoquée pour l’examen médical du second cycle de l’ESIC.
Bien que mon physique soit des plus attrayants, je n’aime pas me mettre à fourrure devant des charrs en tissus.
Cet examen était composé d’épreuves physique et d’épreuves sensorielles.
Pour les épreuves physiques :  
- Sprint à 4 pattes entre deux rondins de cyprès avec des bips infrasonores de moins en moins espacés  Endurance et résistance.
- Séance de tirs à 2 pattes avec différentes armes sur un référentiel instable  Equilibre et précision
- Enchaînement d’esquives de jets de grenades réelles dans un espace confiné Gestion du stress et de l’environnement

J’ai également été soumis à des mesures, taille, poids, épaisseur de fourrure, tailles de cornes, dimensions des griffes, etc...

Ensuite j’ai eu le droit à tous les tests possibles et inimaginables pour les différents sens :
- Pour l’odorat : Ils s’amusent à ouvrir différentes boîtes hermétiques contenant des flatulences d’animaux diverses et on doit découvrir lequel appartient à un dolyak mâle. C’était trop drôle de les voir se pincer la truffe à chaque fois qu’ils ôtaient un couvercle !!!
- Pour la vue : ils nous mettent un bandeau sur un œil et nous devons déterminer si le dolyak est devant ou derrière le moa.
- Le goût : c’est un test à l’aveugle digne des plus prestigieuses écoles formant les mastercharrfs de la citadelle. On doit déterminer les yeux bandés ce que l’on bâfre. Cela peut aller des baies d’Ommon fraîches marinées dans des intestins de sangliers vivants, des carottes aux chocolats pimentés farcies de gélatine de dolyak, sans oublier les fameux champignons de souche fourrées aux oreilles de lapins purulentes. J’ai adoré ce test car j’avais trop faim.
- Le touché : il nous passe une plume de Moa sur tout le corps et on doit déterminer quelle partie il frotte. Cela me faisait plus rigoler qu’autre chose. Le Médecin en charge en était légèrement agacé.
- La perception sonore : on enfile un bandeau sur la tête et ils transmettent différents sons jusqu’à notre appareil auditif. On doit déterminer si le son provient de la droite ou de la gauche. Ils semblaient tous étonnés que je fasse un sans faute. Genre comme si j’avais des oursins dans les esgourdes.
En tous cas bien contente d’en avoir fini avec ces tests.

Tiens, j’ai aussi entamé mon apprentissage sur les consommables, les potions et les remèdes.
J’ai fait trop bonne impression. On a fait des potions de résistance et certaines avaient besoin de truffes des neiges, eh bien j’étais la seule à en avoir.
Comme je m’étais déjà risquée au détroit des gorges glacées, j’en avais contrairement aux autres.
Figure toi, que j’ai même eu les félicitations du major « Mousquet ». Pour info, il se nomme Echarrvi Mhatt Amm. Et il ne semble pas si personnel et adversaire que je l’aurai cru. Pourtant, il n’y a que peu de place au final. Comme si il voulait être ami avec tout le monde…. C’est bizarre d’être si altruiste…
Moi qui voulais être mise à l’honneur, j’ai été servie !!!
Eh oui une femelle qui n’a pas froid aux yeux pour s’aventurer toute seule jusqu’à Jormag. Ca fait sensation.
En tout cas, tu peux être fière de moi.
A la fin de ce premier cours, je suis allé voir notre professeur Oumann pour lui faire part de mon souhait de rencontrer les plus grands chamans au sujet de maladie à priori incurable et si il n’aurait pas des conseils.
Il m’a très gentiment donnée le nom d’un éminent épidémiologiste qui devrait pouvoir m’aider.
Ah sacré professeur Oumann, avec son unique œil valide et toujours à me répéter : « Chaar Shess, ils sauront trouver une solution, ils sauront ce qu’est cette maladie, ils le sauront !!! »
Forte de ces précieux conseils, je me suis dirigée au siège des plus érudits chamans de notre légion : le fameux Chamanatorium.
Faut dire qu’il impressionne ce bâtiment, uniquement réalisé en métal noirci et poli par les hautes températures. On croirait un gros morceau charbon sorti du sol.
J’ai pu rencontrer cet épidémiologiste et j’ai donc évoqué les symptômes de père. Je lui ai parlé des accès de fièvre, des plaques rouges, des yeux gorgés de sang et de la baisse de la vision associée. La perte de l’odorat et des douleurs subites dans le haut du corps.

A mesure que je lui indiquai tous ces renseignements, il notait pleins de choses sur son cahier avec sa plume de moa.
Il semblait sacrément perplexe. Il me demanda si dans ma famille on avait déjà eu des soucis héréditaires, si il n’avait pas été exposé à des champs magnétiques pouvant causer des dérèglements nucléiques. Je te rassure j’ai pas tout saisi.
Malheureusement, il ne m’a pas appris grand-chose, mais selon les symptômes cela pourrait ressembler à une maladie immunodéficitaire due à une exposition prolongée d’un agent pathogène. Cette maladie spécifique mâle semble être de l’ordre de la génétique.
Le mieux serait de déterminer quel est cet agent pathogène.
Avec quoi a-t-il bien pu être en contact assez longtemps pour être contaminé et malade? Pourquoi uniquement lui ? Je ne connais personne de l’entourage qui possède les mêmes symptômes.
Il m’a conseillé de me plonger dans certains ouvrages médicaux de la bibliothèque de la citadelle. Lui de son côté va se renseigner auprès des différentes bibliothèques des capitales, car peut être ont-ils déjà eu ce genre de cas.

Je sens que mes prochaines nuits vont être instructives.
Je vais te laisser, je n’en peux plus.
Bonne nuit Confident.

Arshess

Messages : 130
Date d'inscription : 08/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum